Actualités

Sélectionnez les domaines d'application

Agri/agro
Cosmétique
Divers
Éco-activités
Économie
Évenements
Mer
Santé
Vendredi 19 février 2016

Les formations en biotechs marines à l'honneur dans le journal Le Marin

Le secteur des biotechnologies est évalué comme étant porteur et offrant des débouchés, en particulier pour les ingénieurs et les techniciens. Les acteurs bretons et ligériens des biotechnologies marines sont largement cités.

929_2047_mer2_al

"Fabriquer une crème anti­-rides aux actifs issus des algues, ou de l'antifouling écologique à base de molécules marines, utiliser l'hémoglobine d'un ver marin pour conserver des organes... (...) C'est un secteur très porteur qui va permettre de répondre à différents enjeux sociétaux et permettra de relever les grands défis internationaux affirme Nathalie Letaconnoux, qui prendra la direction de CBB Capbiotek au 1er avril.
Pourtant, en dépit de leur caractère prometteur, les biotechs bleues - l'utilisation des bio-ressources marines comme sources ou comme cibles d'applications biotechnologiques - restent méconnues. Les rapports et études commencent à fleurir et, d'après les chiffres du cluster breton Capbiotek et de l'Atlanpole Blue cluster de Nantes, compilés dans le rapport Les biotechnologies marines dans le grand ouest réalisé en 2013 et 2014 au sein de l'Europôle mer, il y avait 124 entreprises actives dans le domaine des biotechnologies marines en Bretagne et Pays de la Loire en 2014, avec des géants comme Cargill ou Codif international. (...) Les entreprises des biotechnologies marines sont considérées comme éléments de croissance à fort potentiel, note l'étude. Le secteur des biotechnologies bleues a un potentiel de croissance à deux chiffres, appuie Patrick Durand, responsable de l'unité de recherche biotechnologies et ressources marines de l'Ifremer. En effet, en 2010, le marché mondial des bio-ressources marines a été évalué par l'European marine board à 2,8 milliards d'euros, avec une croissance de plus de 10 % par an. (...)
Quatorze formations en biotechnologies marines, accueillant environ 250 étudiants par an principalement niveau master, étaient recensées en Bretagne et Pays de la Loire. (...) Si les biotechs sont consommatrices d'ingénieurs, elles recherchent aussi des techniciens. Avec un bac +2 ou +3, le technicien participe à l'avancement d'un projet, assiste le chercheur, l'ingénieur ou le chef de projet et permet la réalisation des essais techniques en labo ou sur site industriel, relève l'Annuaire des métiers, compétences et formations en Bretagne et Pays de Loire qui recense les dizaines de formations qui peuvent mener aux métiers des biotechs bleues : physicien des océans, algoculteur, bio-informaticien, vétérinaire marin... (...).
Lire l'article intégral "Les biotechnologies bleues gourmandes en ingénieurs et techniciens", dans le Marin paru le 19/02/16.